Avez-vous déjà entendu parler de « monnaie locale » ?
Aujourd’hui, plus de 40 monnaies locales existent sur le territoire français : la Doume (Puy-de-Dome), la Gonette (Lyon), la Maille (Aube)… sans oublier la MIEL en Gironde, qui vient de fêter ses 5 ans d’existence !

Loin d’être une initiative anarchiste ou un repli communautaire, la monnaie complémentaire locale est avant tout une action citoyenne et démocratique ! C’est une manière intéressante pour les citoyen·ne·s de redevenir un acteur et une actrice à part entière du système économique.
Voici quelques explications…

Comment ça marche ?

Le fonctionnement d’une monnaie complémentaire locale est très simple : il suffit de se rendre dans un comptoir d’échange pour transformer ses euros en monnaie locale et de consulter la carte des partenaires du réseau.

Billets de Miel (DR)

En gironde, près de 171 prestataires jouent le jeu (restaurants et épiceries bio, naturopathe…) et plus de 500 utilisateurs et utilisatrices se sont laissé séduire par le projet.

Parmi les spécificités, il y a « la fonte », cette « taxe » insitant les utilisateurs et utilisatrices à faire circuler la monnaie dans l’économie. Il s’agit d’une « date limite d’usage » au-delà de laquelle le billet perd de sa valeur.

Mais, à quoi cela sert-il ?

Si le fonctionnement est proche de celui de la monnaie nationale, à quoi cette monnaie complémentaire peut-elle bien servir ?

Avant tout, R.E.D.Y.N.A.M.I.S.E.R l’économie locale ! En effet, les monnaies locales complémentaires participent à contourner les déficiences du système monétaire : exit la spéculation, les chocs boursiers, les paradis fiscaux… la monnaie circule uniquement dans un périmètre local, soutient les petits commerces de proximité, les producteurs locaux… et encourage l’emploi sur le territoire !

Deuxième atout majeur, l’engagement sociétal ! Chaque prestataire du réseau signe une charte et incarne des valeurs et une vision du monde partagée collectivement. En gironde, par exemple, les prestataires acceptant d’être payé en MIEL signent une charte et adhèrent à des principes directeurs, résolument engagés :

« L’objectif de l’entreprise sera à terme de ne plus utiliser directement ou indirectement des ressources naturelles non renouvelables. En contre-partie. elle s’efforcera de leur substituer ressources et énergies renouvelables et inépuisables »
[…]
« L’entreprise se fixe comme objectif « zéro déchet ». Toute la production, depuis les matières premières jusqu’à la fin de vie du produit, doit être repensée de façon à ne mettre sur le marché que des déchets biodégradables ou totalement recyclables, à l’image de la nature où tout déchet d’une espèce devient la nourriture d’une autre »

EXTRAIT DES PRINCIPES DIRECTEURS DE LA MIEL

Alors, convaincu·e·?

 

Pour aller plus loin :
« Créer une monnaie locale » par les Colibris
– Les Monnaies Locales Complémentaires dynamisent l’économie locale, le Labo ESS, 20 mai 2016
– Le site de la MIEL
– Le site du réseau des Monnaies locales complémentaires
– Les monnaies locales complémentaires, pourquoi, comment ? par Philippe Derudder, 2012

Catégories : Mieux consommer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *